Les maisons écologiques comme investissement immobilier

bon investissement immobilier

L’immobilier est un investissement. comme pour tout investissement, vous devez voir ce qu’il peut rapporter : le loyer ou le fait de ne pas avoir de loyer à payer et ce qu’il peut vous coûter : frais d’utilisation et entretien. Pour réaliser un bon investissement immobilier, il faut donc prendre en compte le surplus de coût de départ d’un bâtiment écologique mais aussi la baisse de frais d’énergie alors qu’il est probable que le coût du chauffage ne va cesser d’augmenter.

Les différents types de maisons écologiques

maisons écologiquesLa maison BBC

L’acronyme BBC signifie « Bâtiment Basse Consommation ». Comme son nom l’indique, la maison BBC émet très peu de gaz à effet de serre. La consommation énergétique nécessaire à son chauffage et sa climatisation est fortement diminuée par rapport à une habitation répondant aux anciens standards. Soumise à des normes strictes, sa consommation énergétique annuelle ne doit pas dépasser 65 KWh/m² de surface des planchers* dans les régions les plus rigoureuses et 40 KWh/m² de surface des planchers dans les régions qui bordent le littoral méditerranéen. La Réglementation Thermique de 2012 (RT 2012), est basée sur ces normes pour les appliquer à toute nouvelle construction. *La surface des planchers est la nouvelle norme de calcul et remplace la SHON (ou surface hors œuvre nette) qui était utilisée jusqu’en mars 2012.

La maison à énergie passive

Pour répondre aux enjeux écologiques, la maison passive doit produire 90 % de ses besoins énergétiques. Sa consommation annuelle de chauffage ne peut pas excéder 50 KWh/m². Grâce à ses matériaux qui garantissent une isolation efficace, réduisant ainsi les pertes thermiques au maximum, et une ventilation mécanique contrôlée optimisée, ce type de construction s’inscrit dans une démarche d’habitat durable.

La maison à énergie positive

Habitation innovante par excellence, la maison positive ne se contente pas d’être peu gourmande en besoins énergétiques, elle produit plus d’énergie que ses occupants n’en consomment. Non seulement l’habitat devient autonome mais les propriétaires peuvent revendre l’énergie qu’ils n’utilisent pas. C’est un bon argument en cas de revente du bien immobilier. La maison positive anticipe la prochaine réglementation thermique de 2020 (RT 2020) qui prévoit d’imposer les normes de l’habitat passif dans les futures constructions.

La maison HQE (Haute Qualité Environnementale)

Le label HQE est appliqué aux maisons qui répondent non seulement aux normes en vigueur mais vont plus loin en terme de respect de l’environnement. L’objectif de ce label est de responsabiliser les acteurs de la construction à tous les niveaux : • préservation des ressources par une faible consommation d’eau et d’énergie • limitation de la production de déchets • limitation des émanations de gaz à effet de serre • limitation de toute forme de pollution Le label HQE garantit à l’acquéreur une maison dans laquelle il fait bon vivre, saine et respectueuse de l’environnement.

La maison à ossature bois

Pour construire ce type de maison, on a recours à des pièces de bois provenant d’essences durables qui résistent naturellement aux années et aux intempéries et ne nécessitent aucun traitement. Le bois utilisé est un matériau sain et écologique par excellence. Une maison à ossature bois présente de nombreux avantages : • légèreté, solidité, durabilité • esthétique • rapidité de construction • adaptabilité, on peut ajouter une pièce, surélever l’habitation au gré de l’agrandissement de la famille • respectueux de l’environnement, le bois a la particularité de stocker le carbone présent dans l’air • confort thermique et phonique Le bois, couplé à une isolation efficace posée dans son ossature, offre la garantie d’un habitat durable, peu énergivore.

L’argent, le nerf de la guerre ou comment ne pas dépasser mon budget ?

Aujourd’hui, on n’a plus vraiment le choix lorsqu’on veut faire construire sa maison. Les règles imposées aux constructeurs sont de plus en plus strictes afin de limiter les dépenses énergétiques. En terme d’écologie, c’est un bon point. Si jusqu’à présent, construire un habitat écologique était hors de portée pour de nombreux ménages, les prix ont tendance à baisser grâce à la multiplication des projets alors que le coût des énergies ne cesse, lui, de grimper. Attention toutefois à certains entrepreneurs peu sérieux qui vous annoncent des prix défiant toute concurrence. Il n’y a pas de secret, la qualité a un prix. Avant de vous engager, vérifiez que l’entreprise est solide et ne vous lâchera pas en cours de route. Une entreprise sérieuse est transparente, respecte ses clients et leur assure la garantie décennale. N’hésitez pas à faire établir plusieurs devis comparables en termes de caractéristiques et de services. Cela vous donnera une fourchette de prix pour des réalisations identiques. Dans le prix d’une construction, le choix du terrain est important. S’il est pentu, si vous devez le faire viabiliser à vos frais, la facture risque de monter très vite. Lorsque vous faites construire une maison écologique, il ne faut pas seulement regarder son coût initial mais prendre en compte les économies réalisées sur le long terme. D’autre part, il est possible de bénéficier d’avantages fiscaux sur les équipements d’une maison écologique, ce qui représente un gain substantiel. Une maison qui répond aux nouvelles normes coûte 15 à 20 % de plus par rapport à la RT 2005. Il peut être avantageux de construire plus petit et d’optimiser au maximum les mètres carrés. Penchez-vous sur vos habitudes de vie : avez-vous vraiment besoin d’un salon de 40m² alors que vous recevez toujours en petit comité ou d’une salle de bains de 10m² dans laquelle vous ne restez que le temps d’une douche ? Avec les économies réalisées sur l’entretien de votre maison, vous pourrez mettre de l’argent de côté et prévoir une extension plus tard.

5 conseils pour bien gérer votre patrimoine immobilier
Investissement locatif : quels types de bien immobiliers privilégier ?