Immobilier : 6 choses à savoir sur les frais d’agence

Immobilier

Vous souhaitez acheter ou vendre un bien immobilier ? Si vous avez décidé de passer par une agence, vous appréhendez certainement les fameux « frais d’agence ». Comment sont-ils calculés ? À quoi correspondent-ils ? Entre acquéreur et vendeur, qui en a la charge ? Est-il possible de les négocier ? Voici 6 choses à connaître sur les frais d’agence.

1. Que comprennent les frais d’agence ?

De manière générale, les frais d’agence représentent la rémunération du professionnel pour ses services. Il met à disposition de sa clientèle son expertise, son portefeuille clients, mais également sa visibilité. Les tarifs appliqués servent à l’agence immobilière de financement pour certaines charges telles que le loyer, les assurances ou encore les frais de diffusion des annonces immobilières. En outre, ces derniers font office de rémunération pour certains services annexes telles que l’estimation des biens, la planification et la prise en charge des visites, les négociations, la création de l’annonce, etc. Les frais d’agence sont alors le prix du temps passé ainsi que l’ensemble du travail réalisé par l’agence.

2. Comment sont définis les frais d’agence ?

À l’heure actuelle, aucune loi ne spécifie le montant des frais d’agence, car ce dernier est fixé librement par le professionnel. Les frais demandés par une agence se présentent généralement en pourcentage de la valeur du bien proposé par le propriétaire vendeur. Celui-ci est souvent compris entre 3 et 10 % du coût final du bien à vendre. Il faut savoir que le montant des frais d’agence est dégressif. Cela signifie que plus le bien est proposé à un prix élevé, plus le pourcentage perçu par l’agence sera faible. Notez que de plus en plus d’agences proposent aujourd’hui des tarifs au forfait. Le montant repose généralement sur le type de bien, et non sur sa valeur. Ce système de tarification est très courant chez de nombreuses les agences en ligne.

3. Qui a la charge des frais d’agence pour une vente immobilière ?

L’on sait que les frais de notaire incombent systématiquement à l’acquéreur, ce qui n’est pas toujours le cas pour la commission de l’agence. La charge des frais dépend des termes spécifiés par le vendeur dans le mandat de vente qu’il a confié à l’agence. Ainsi, il est tout à fait possible que le propriétaire vendeur supporte les charges de la commission au moment des transactions immobilièresQuoi qu’il en soit, la charge des frais d’agence doit impérativement être communiquée dans l’annonce immobilière. Le professionnel devra alors indiquer le montant de sa commission, additionné au prix de vente du bien dans ladite annonce.

4. Location : qui paie les frais d’agence ?

Selon la loi ALUR, la commission d’intermédiaire pour les locations est exclusivement à la charge du propriétaire-bailleur. Néanmoins, si vous êtes à la recherche d’appartements ou de villas en location, et que vous décidez de solliciter une agence, il se peut que plusieurs frais vous soient demandés. Il faut savoir en effet que certains frais peuvent être partagés entre les deux parties, à savoir le propriétaire et le locataire. Cela correspond notamment à : l’élaboration du dossier, la visite, l’entrée des lieux ainsi que la rédaction du bail. Le montant des frais repose ici sur la taille du bien, ainsi que son emplacement.

5. Frais d’agence immobilière : que dit la loi ?

Que ce soit pour la vente d’une maison, de copropriété, la gestion d’un logement locatif ou de commerces, l’agence immobilière définit elle-même ses prix. Les tarifs fixés doivent impérativement être clairs, et apparaître sur certains lieux, à savoir :

  • Dans les locaux de l’agence (à l’entrée, sur les vitrines,…)
  • Sur les affiches, prospectus et vitrines publicitaires en dehors de l’agence
  • Dans les annonces immobilières publiées par le professionnel

En outre, les prix annoncés doivent être exprimés en TTC, mais aussi être parfaitement visible et lisible par tous.

6. Frais d’agence et négociation

Souvent négociables, les frais d’agence peuvent être discutés avec le professionnel de l’immobilier. Lorsque les tarifs vous paraissent surévalués, et que l’agence indique la possibilité d’une négociation, vous pouvez tenter de faire une offre sur le prix total proposé. Dans ce cas, l’agent aura deux options :

  • Soit négocier avec le propriétaire en vue de baisser le coût du bien. Il gardera ainsi sa commission intacte.
  • Soit réduire directement le montant de ses honoraires.

Notez toutefois qu’une négociation ne sera pas toujours concluante, et que cette procédure est parfois risquée. Cela est surtout valable dans des zones très tendues telles que Paris par exemple.

Achat immobilier : 5 conseils pour les jeunes mariés
Mettre en vente des biens immobiliers et réaliser des transactions immobilières sur Annecy