Immobilier : quels travaux sont à la charge du locataire ?

Le règlement en vigueur actuellement dans le domaine de la location immobilière impose aux locataires la responsabilité de certains travaux, comme stipulé par le décret du 26 août 1987 sur les réparations locatives. Comme quoi, il ne revient pas toujours aux propriétaires de reboucher, remplacer, repeindre ou autres. Néanmoins, quelques paramètres peuvent leur retourner certaines de ces obligations. Découvrez les détails dans cet article.

L’entretien des divers équipements

Il appartient aux locataires de réparer ou entretenir tout ce qui a trait aux équipements dont ils bénéficient dans la maison : l’installation électrique, la plomberie, que ce soit l’eau ou le gaz, le chauffage, etc. Les portes et fenêtres, quelque soient leurs aspects, ainsi que les menuiseries se rajoutent à ce lot. Il en va de même pour les fourniments supplémentaires et appareils à leur disposition, à savoir :

  • la cuisinière,
  • les capteurs solaires,
  • les cheminées,
  • les vitres et miroirs
  • et les meubles scellés entre autres.

La liste s’allonge avec la chaudière, dont ils doivent entretenir au moins une fois chaque année.

L’entretien des revêtements

Les revêtements de la maison sont des parties nécessitant particulièrement le plus d’entretiens. Il s’agit des murs, des sols et du plafond. C’est assez logique puisqu’à part les plafonds, les occupants de l’appartement sont constamment en contact avec. Ces travaux font donc partie de leur responsabilité.

Conditions de refus des obligations

Mais dans quelques cas, les locataires ont le droit de refuser d’endosser ces charges. Les constats de vices de construction ou de malfaçons peuvent en être les raisons. A ce moment, les propriétaires devront prendre les rennes. Aussi, si un accident arrive à cause de ces derniers, les réparations leurs reviennent également. Il peut s’agir notamment de problèmes d’étanchéité.

Les locataires doivent en outre être en connaissance de leur droit pour ne pas se faire escroquer. Par exemple, des usures tout à fait normales voient le jour après des années d’occupations d’un immobilier, neuf ou ancien. Et ce ne sera alors pas à eux de les réparer. Sur ce même niveau, les cas de forces majeurs sont inclus dans ces raisons de renversement des rôles. Les accidents dus à des phénomènes naturels en sont des exemples, comme dans le cas d’une tempête.

Quoi qu’il en soit, à la fin du bail, vous devez quitter les lieux après vous être assuré de la propreté courante. Et si vous prévoyez de partir pour devenir propriétaire à votre tour d’une maison neuve, http://www.comparimmoneuf.fr est votre meilleure adresse.

Syndic de copropriété : opter pour un syndic en ligne
Comment choisir une ville pour y investir dans l’immobilier ?